Nous suivre
Gay-Friendly

Petit guide de la Londres gay

Mercredi, 11 août 2010

Londres a plus à offrir que certains pays et continents pour les touristes gays. La scène gay est diversifiée, animée et s’étend dans toute la ville. Les bars et discothèques sont les lieux gays par excellence, mais Londres regorge de cafés, restaurants, boutiques et saunas pour homosexuels. Culture, bon vin et nuits endiablées vous attendent à Londres. Mais attention, même si la plupart des londoniens sont ouverts d’esprit et acceptent les styles de vies alternatifs, ce n’est pas le cas de tout le monde. Les épisodes d’homophobie sont rares mais peuvent se produire sous forme d’attaques. Faites attention et soyez discrets, surtout si vous vous promenez seuls la nuit, comme dans n’importe quelle ville et que vous soyez gays ou pas.

Même si Soho reste le quartier gay de Londres par excellence, d’autres zones de la ville se sont ouvertes, notamment Vauxhall, qui propose une ambiance un peu plus grunge. Une multitude de boîtes de nuit gays se trouvent maintenant à l’extérieur de Londres. Contrairement à Soho et à Vauxhall, il ne s’agit pas de quartiers gays mais de quelques établissements éparpillés, ou d’espaces en plein air qui n’ont qu’un avantage, celui de regorger d’ombre et de buissons.

Central (Soho)

Soho est devenu le quartier gay de Londres par excellence après la régulation de 1967, qui avait pour but d’éliminer le va et vient de Piccadilly. L’Old Compton Street reste le cœur de ce gay village, et part de Charing Cross Road jusqu’au cœur de Soho. D’innombrables bars, cafés et restaurants se succèdent et attirent la plupart des groupes de la communauté homosexuelle de Londres. Le pub Admiral Duncan et le Compton’s, qui se trouvent l’un en face de l’autre, sont destinés aux plus âgés et aux fêtards qui ne se sont pas encore transférés à Vauxhall, alors que le G-A-Y et le Village attirent les types un peu plus branchés, ceux qui portent les t-shirts serrés et possèdent de faux papiers. Les stations de métro les plus proches sont Leicester Square et Tottenham Court Road.

Une des discothèques gays les plus fréquentées et les plus durables est le Heaven, qui se trouve juste en dessous de la station de Charing Cross station. A quelques pas de Soho, le Heaven ouvre juste avant minuit le week-end et ne ferme qu’au petit matin. On y trouve de la musique dance et de nombreux groupes de la communauté gay. Le Heaven vaut vraiment la peine le samedi soir. Ses deux inconvénients sont le prix de l’entrée, plutôt chère, et la dépendance de quelques habitués aux stimulants chimiques. Mais cela n’est rien à côté de la nuit que vous pourriez y passer.

Un autre lieu incontournable de la scène londonienne est le G-A-Y. Le bar sur Old Compton Street et le G-A-Y Late mettent de la musique pop et vendent des boissons pas chères. Cet étrange mélange fonctionne depuis des années mais peut être terrifiant pour ceux qui viennent pour la première fois sans le savoir. Si vous trouvez que Londres est très chère et que vous voulez sortir sans dépenser une fortune, le G-A-Y est fait pour vous. C’est aussi pour cela qu’il est très fréquenté par les étudiants. Le Ku Bar, qui se trouve entre Old Compton Street et la station de métro de Leicester Square, est un autre haut-lieu de Soho, même si il ne se trouve pas exactement à Soho. Les boissons coûtent un peu plus mais l’ambiance est chaleureuse et le personnel très amical. Evitez l’étage du dessous, il y fait chaud et le décor est plutôt minable.

Vauxhall

Ceux qui trouvent que Soho et les gens qui le fréquentent sont ennuyants, sont attendus à Vauxhall. Mais attention, il ne faut pas être timide. Les discothèques de Vauxhall se prennent au sérieux et sont ouvertes du vendredi soir au mardi matin et les personnes y viennent dépenser toute leur énergie. Des saunas et des clubs fétichistes se trouvent également dans le quartier et maintenant vous comprenez pourquoi il est si fréquenté. La discothèque la plus connue est le Fire, qui passe de la musique dance tout le week-end et parfois en semaine. Le fait que le Fire a été fermé par la police l’année dernière est tout ce que vous devez savoir. Après avoir effectué quelques légers changements dans sa gestion, le club a rouvert ses portes et devient de mieux en mieux.

The Hoist est, comme son nom l’indique, un club fétichiste. Il dispose de vestiaires, et propose des nuits consacrées au cuir et au caoutchouc. L’endroit n’est pas conseillé aux timides. La même chose pour le XXL, qui est connu pour son accueil chaleureux que l’on peut définir comme une bouffée d’air par rapport à l’ambiance étouffante de Soho. Le village gay se situe à quelques pas de la station de métro de Vauxhall qui se trouve sur la ligne Victoria.

Aux alentours de Londres

Les alentours de Londres regorgent d’établissements gays, en général il s’agit d’un pub qui attire les gens du coin et qui a plus l’air d’un centre social que d’une boîte de nuit. La plupart des touristes n’est pas intéressée par ces établissements, sinon pour leur rappeler comment étaient les choses avant la régulation et la diffusion de l’acceptation. Ces établissements proposent encore et toujours des spectacles de drag-queen, et du mauvais karaoké (est-ce que le bon karaoké existe ?), et sont peuplés par des hommes plutôt âgés.

Cette présentation vous donne une idée de la scène londonienne; le meilleur moyen pour savoir si vous aimez, c’est de la voir par vous-même, d’aller dans un des bars à Soho et de prendre un des magazines gratuits et des dépliants à disposition. De nombreux magazines gay vous fournissent la liste des établissements conseillés à Londres et aux alentours, comme à Brighton. Cela vous permettra de vous faire une idée et de vous organiser pour une nuit de folie.

Photo de la piste de danse du The Edge de Londres publiée par Paul-in-London.

Partagez cet article:


Sur l'auteur

Venere Travel Blog writer will joce

Will Joce a récemment terminé ses études à la London School of Economics et l'idée de travailler dans un bureau le terrorise. Il aime écrire et voyager et a travaillé dans le parlement britannique et en tant que rédacteur de revues de presse. N'acceptant pas l'idée de trouver un vrai travail, il va bientôt commencer un master à l'Université d'État de Saint-Pétersbourg.


Laissez un commentaire

 (obligatoire)
 (ne sera pas rendue publique) (obligatoire)

Pourquoi cette question ?

destination